Les costumes traditionnels sont des vêtements représentatifs d’une région, ville ou d’un pays. Elles ont leurs propres spécificités et leurs propres couleurs. Elles jouent un rôle social important, depuis le début de la colonisation.

    I.Historique

Dans le cadre du commerce triangulaire, les navires de la Compagnie des Indes transportaient des broderies, dentelles, soieries, cotonnades et madras. 

Avec le code Noir, en 1685, les esclaves ont le droit d’obtenir des habits de toile ou 7.52 m de tissus.

 Beaucoup d’esclaves deviennent des couturiers ou des tailleurs et inventent la mode créole, qui est la fusion entre la culture africaine et européenne. Une robe Quadrille est une mesure robe portée par les femmes dans les pays des Caraïbes. La robe quadrille est le costume folklorique de la Jamaïque, la Dominique et Haïti. Il est connu par un nom différent dans chaque pays.

 La robe est utilisée pendant la contredanse Le Quadrille.    

Qu’est-ce donc Le Quadrille ?   

Le Quadrille est une danse du XVIIIe siècle

 Le Quadrille est une danse du XVIIIe siècle d'origine européenne. Elle fut tout d'abord adoptée par les colons des milieux bourgeois (dont le principal avantage était de déployer de l’élégance, de prendre de belles attitudes et se mouvoir selon les règles de l’esthétique, sont en pleine décadence), puis adoptée par le milieu rural. Cette adoption fut influencée par les musiques déjà existantes dans les campagnes. 

Le quadrille comprend à la fois des apports d'origine européenne et des apports d'origine africaine.

 Dans toutes les colonies la classe dominante pratique les bals, nécessitant un personnel nombreux pour l’organisation des festivités.

Afin de prêter main-forte aux professionnels venus d’Europe, les colons permettent à certains esclaves d’étudier la musique européenne et devenir des instrumentistes érudits.

Les menuets sont, aux premières années de la colonisation, les seuls divertissements de la société coloniale. 

 Au plan d'accompagnement instrumental de la danse, se côtoient l'accordéon, le violon, la guitare, aux côtés du cha-cha (hochet), du criac (racleur) ou du tambour de basse (tambour sur cadre).

 Cette musique fortement métissée, a conservé certaines caractéristiques du quadrille européen, par les carrures binaires, l'absence de modulation, la constante des trames harmoniques. Toutefois l'apport africain se manifeste dans l'aspect syncopé des mélodies et des rythmes. 

Le quadrille est une musique pour laquelle la variation et l'improvisation sont très développés. Le quadrille est une musique complexe qui demande des musiciens expérimentés pour son exécution.  

II. De quoi se compose le costume haïtien ?  

  Les différents types de robes :

  Le costume traditionnel haïtien ressemble beaucoup à celui des autres Antilles, particulièrement celles qui ont été colonisées par les Français.

 Le robe quadrillée, commune à plusieurs pays des Antilles, est appelée « robe Carabela ou Karabela» en Haiti, c’est une robe de coton aussi appelée «jupe bandana»

La jupe se porte avec un chemisier à manches ou à volants, et un accessoire de tête fait dans le même tissu.

Version moderne du la Robe Karabela 

 Pour les hommes, le costume traditionnel est fait de coton à carreaux rouge et blanc, plaid marron et blanc appelé « madras ». 

On trouve également en Haïti, la douillette et la tilane.

  Aux Antilles,  il y a 3 types de robes :

 1. la douillette 

est une robe de tous les jours, constituée d’un jupon, et d’une robe serrée à la taille fait d’un tissu en coton fleuri, à rayure ou à carreau, parfois orné de motifs brodés à la main.      

2. La tilane

Quant à elle, est une variante plus décolleté dont on retrouve la coupe dans les vêtements contemporains. Elle était portée par les courtisanes à l’époque coloniale. Elle est constituée d’une chemise avec de la dentelle échancrée sur la poitrine et découvrant les épaules.   

3. La coiffe 

La coiffe qui orne la tête des femmes dans le vêtement traditionnel est né d’une frustration. En effet, les lois à l’époque coloniale interdisaient aux esclaves et aux affranchies de porter des chapeaux, ce privilège étant réservé aux femmes blanches. La coiffe à cette époque, dépendamment de la manière dont elle était placée sur la tête des affranchies informait sur leur statut social .  

III.Les bijoux créoles

Les femmes haitiennes arborent leurs robes ou tenues avec des magnifiques bijoux créoles.

 Ces bijoux font partie de l’héritage créole depuis le 17e siècle et sont le métissage des savoir-faire et techniques africains et européens. 

  Le madras, tissu phare des vêtements caribéens et antillais.   

Comme vous allez le remarquez ci-dessous, le madras est un matériel très utilisé dans les costumes traditionnels des Antilles et des Caraïbes. Que vous soyez :

Haïti :

Jamaïque :

Les vêtements traditionnels pour les femmes en Jamaïque se compose d'une robe ou une jupe et top qui sont construits avec des tissus de calicot. Calico est un tissu léger qui est fabriqué localement à la Jamaïque, et couramment utilisé dans la mode locale. Une grande partie de l'habillement traditionnel en Jamaïque est fait à la main par les villageois locaux. Selon des Cartes du Monde, les femmes accompagnent généralement leurs tenues avec un foulard dont ils enroulent autour de leurs cheveux pour garder leurs serrures de leurs épaules. Vêtements traditionnels jamaïcaine pour les hommes compose d'un pantalon, qui peut être longue ou courte, et une chemise à manches courtes.

Sainte-Lucie

Martinique

Guadeloupe

 

République Dominicaine 

ou autres coins des caraïbes, le madras est le tissu phare de ces différents endroits de rêves. 

  Mais, qu’est-ce que le madras ? 

Le madras est un tissu originaire d’une ville célèbre de l’Inde, nommé aussi Madras. Aujourd’hui, le nom de cette ville est Chennai. De nos jours, le madras est constitué de coton avec des couleurs vives, alors qu’avant elles étaient crées avec des fibres de bananiers. Donc, le madras est un tissu coloré avec des carreaux et des rayures avec une texture très simple. On utilise beaucoup ce tissu dans les coiffes, cravates, châles, ceintures, mais aussi différents matériaux de maison. 

Rédactrice : Marie-Michelle Legrand

Sources & Crédit photo :  Histoire et civilisation de la Caraibe - broché ;Haitian History; quadrille & history; Antanlontan-Antilles